Mets en Yahvé ta réjouissance : il t'accordera plus que les désirs de ton coeur. Ps 37.4

Bible de Jérusalem ++

  • Copier dans le presse-papier
  • 8.1
    Ah ! que ne m'es‑tu un frère, allaité au sein de ma mère ! Te rencontrant dehors, je pourrais t'embrasser, sans que les gens me méprisent.
 Ct [8:1] copie vers le presse-papiers 
  • 8.2
    Je te conduirais, je t'introduirais dans la maison de ma mère, tu m'enseignerais ! Je te ferais boire un vin parfumé, ma liqueur de grenades.
 Ct [8:2] copie vers le presse-papiers 
  • 8.3
    Son bras gauche est sous ma tête, et sa droite m'étreint.
 Ct [8:3] copie vers le presse-papiers 
  • 8.4
    Je vous en conjure, filles de Jérusalem, n'éveillez pas, ne réveillez pas mon amour, avant l'heure de son bon plaisir.
 Ct [8:4] copie vers le presse-papiers 
  • 8.5
    Qui est celle‑ci qui monte du désert, appuyée sur son bien‑aimé ? Sous le pommier je t'ai réveillée, là même où ta mère te conçut, là où conçut celle qui t'a enfantée.
 Ct [8:5] copie vers le presse-papiers 
  • 8.6
    Pose‑moi comme un sceau sur ton coeur, comme un sceau sur ton bras. Car l'amour est fort comme la Mort, la passion inflexible comme le Shéol. Ses traits sont des traits de feu, une flamme de Yahvé.
 Ct [8:6] copie vers le presse-papiers 
  • 8.7
    Les grandes eaux ne pourront éteindre l'amour, ni les fleuves le submerger. Qui offrirait toutes les richesses de ma maison pour acheter l'amour, ne recueillerait que mépris.
 Ct [8:7] copie vers le presse-papiers 
  • 8.8
    Notre soeur est petite : elle n'a pas encore les seins formés. Que ferons‑nous à notre soeur, le jour où il sera question d'elle ?
 Ct [8:8] copie vers le presse-papiers 
  • 8.9
    Si elle est un rempart, nous élèverons au faîte un couronnement d'argent ; si elle est une porte, nous dresserons contre elle des ais de cèdre.
 Ct [8:9] copie vers le presse-papiers 
  • 8.10
    Je suis un mur, et mes seins en figurent les tours. Aussi ai‑je à leurs yeux trouvé la paix.
 Ct [8:10] copie vers le presse-papiers 
  • 8.11
    Salomon avait une vigne à Baal‑Hamôn. Il la confia à des gardiens, et chacun devait lui remettre le prix de son fruit : mille sicles d'argent.
 Ct [8:11] copie vers le presse-papiers 
  • 8.12
    Ma vigne à moi, je l'ai sous mes yeux : à toi Salomon les mille sicles, et 200 aux gardiens de son fruit.
 Ct [8:12] copie vers le presse-papiers 
  • 8.13
    Toi qui habites les jardins, mes compagnons prêtent l'oreille à ta voix : daigne me la faire entendre !
 Ct [8:13] copie vers le presse-papiers 
  • 8.14
    Fuis, mon bien‑aimé, Sois semblable à une gazelle, à un jeune faon, sur les montagnes embaumées !
 Ct [8:14] copie vers le presse-papiers 

 


Index des livres