Tu traites les humains comme les poissons de la mer, comme la gent qui frétille, sans maître ! Ha 1.14

Bible de Jérusalem ++

  • Copier dans le presse-papier
  • 4.1
    Que tu es belle, ma bien‑aimée, que tu es belle ! Tes yeux sont des colombes, derrière ton voile, tes cheveux comme un troupeau de chèvres, ondulant sur les pentes du mont Galaad.
 Ct [4:1] copie vers le presse-papiers 
  • 4.2
    Tes dents, un troupeau de brebis à tondre qui remontent du bain. Chacune a sa jumelle et nulle n'en est privée.
 Ct [4:2] copie vers le presse-papiers 
  • 4.3
    Tes lèvres, un fil d'écarlate, et tes discours sont ravissants. Tes joues, des moitiés de grenades, derrière ton voile.
 Ct [4:3] copie vers le presse-papiers 
  • 4.4
    Ton cou, la tour de David, bâtie par assises. Mille rondaches y sont suspendues, tous les boucliers des preux.
 Ct [4:4] copie vers le presse-papiers 
  • 4.5
    Tes deux seins, deux faons, jumeaux d'une gazelle, qui paissent parmi les lis.
 Ct [4:5] copie vers le presse-papiers 
  • 4.6
    Avant que souffle la brise du jour et que s'enfuient les ombres, j'irai à la montagne de la myrrhe, à la colline de l'encens.
 Ct [4:6] copie vers le presse-papiers 
  • 4.7
    Tu es toute belle, ma bien‑aimée, et sans tache aucune !
 Ct [4:7] copie vers le presse-papiers 
  • 4.8
    Viens du Liban, ô fiancée, viens du Liban, fais ton entrée. Abaisse tes regards, des cimes de l'Amana, des cimes du Sanir et de l'Hermon, repaire des lions, montagnes des léopards.
 Ct [4:8] copie vers le presse-papiers 
  • 4.9
    Tu me fais perdre le sens, ma soeur, ô fiancée, tu me fais perdre le sens par un seul de tes regards, par un anneau de ton collier !
 Ct [4:9] copie vers le presse-papiers 
  • 4.10
    Que ton amour a de charmes, ma soeur, ô fiancée. Que ton amour est délicieux, plus que le vin ! Et l'arôme de tes parfums, plus que tous les baumes !
 Ct [4:10] copie vers le presse-papiers 
  • 4.11
    Tes lèvres, ô fiancée, distillent le miel vierge. Le miel et le lait sont sous ta langue ; et le parfum de tes vêtements est comme le parfum du Liban.
 Ct [4:11] copie vers le presse-papiers 
  • 4.12
    Elle est un jardin bien clos, ma soeur, ô fiancée ; un jardin bien clos, une source scellée.
 Ct [4:12] copie vers le presse-papiers 
  • 4.13
    Tes jets font un verger de grenadiers, avec les fruits les plus exquis :
 Ct [4:13] copie vers le presse-papiers 
  • 4.14
    le nard et le safran, le roseau odorant et le cinnamome, avec tous les arbres à encens ; la myrrhe et l'aloès, avec les plus fins arômes.
 Ct [4:14] copie vers le presse-papiers 
  • 4.15
    Source des jardins, puits d'eaux vives, ruissellement du Liban !
 Ct [4:15] copie vers le presse-papiers 
  • 4.16
    Lève‑toi, aquilon, accours, autan ! Soufflez sur mon jardin, qu'il distille ses aromates ! Que mon bien‑aimé entre dans son jardin, et qu'il en goûte les fruits délicieux !
 Ct [4:16] copie vers le presse-papiers 

 


Index des livres