La plénitude de la sagesse, c'est de craindre le Seigneur, elle les enivre de ses fruits ; Si 1.16


Bible de Jérusalem ++

Autres
Les apocryphes
Evangile du Pseudo-Thomas
15
  • 15.1
    Peu de temps après, un nouveau maître, ami intime de Joseph, lui dit : « Amène‑moi l'enfant à l'école. Peut‑être réussirai‑je par la douceur à lui apprendre ses lettres. » Joseph lui dit : « Si tu as le courage, frère, prends‑le avec toi. » Il le prit donc avec lui, rempli de crainte et de préventions, et l'enfant trottait gaiement.
  [15:1] copie vers le presse-papiers 
  • 15.2
    Sans émoi, il entra dans l'école, avisa un livre posé sur un pupitre, le saisit, et au lieu de lire les lettres contenues dedans, ouvrant la bouche, il parla selon l'Esprit saint et il enseignait la Loi aux gens qui se trouvaient là, à l'écouter. Sa parole attira une foule attentive, et l'on admirait la maturité de son jugement, la vivacité de ses raisonnements et l'éloquence de ce bambin.
  [15:2] copie vers le presse-papiers 
  • 15.3
    Apprenant cela, Joseph, inquiet, courut à l'école. Il craignait une catastrophe pour le maître. Or celui‑ci dit à Joseph : « Mon frère, sache‑le, j'avais pris cet enfant pour un élève. Mais il déborde de grâce et de sagesse. Alors, je t'en prie, mon frère, ramène‑le chez toi ! »
  [15:3] copie vers le presse-papiers 
  • 15.4
    A ces mots, l'enfant lui sourit et dit : « Tu as bien parlé et tu m'as rendu un juste témoignage. Eh bien grâce à toi celui‑là aussi que j'avais frappé sera guéri. » Et instantanément l'autre recouvra la vie. Joseph prit l'enfant et rentra chez lui.
  [15:4] copie vers le presse-papiers 

 


Index des livres